Si je perds

Si je perds Zaz

J’me sens brocante, j’suis la méchante,
Si mes enfants m’invitent, je fais la pas contente,
Et quand ils me visitent, je suis la transparente,

J’me sens pâlotte, je me sanglote,
Mes enfants me nettoient, des inconnus me sortent,
À croire quand je me vois, que je suis déjà morte,

Si je perds la mémoire, faudrait pas s’inquiéter,
C’est qu’ma vie est au soir d’une triste journée,
Si je perds la raison, faudrait pas s’en vouloir,
Si c’est plus ma maison, laissez-moi dans l’couloir,
Si je perds les pédales, et si ça vous inquiète,
Si ça vous fait trop mal, je n’sais plus qui vous êtes,
Et si je perds la boule, n’ayez pas trop pitié,
Ma tête est une foule de visages oubliés,

J’me sens friperie, j’me fais momie,
Mes enfants me déplacent, comme un vieux manuscrit,
Et j’ai les feuilles qui cassent, et je suis mal écrit,

J’me sens bizarre, j’me vis trop tard,
Si je repense aux instants, où j’ai fait sans savoir,
La course avec le temps, sans me dire au revoir,

Si je perds la mémoire, faudrait pas s’inquiéter,
C’est qu’ma vie est au soir d’une triste journée,
Si je perds la raison, faudrait pas s’en vouloir,
Si c’est plus ma maison, laissez-moi dans l’couloir,
Si je perds les pédales, et si ça vous inquiète,
Si ça vous fait trop mal, je n’sais plus qui vous êtes,
Et si je perds la tête, n’ayez pas trop pitié,
Bientôt je serai bête et vous aurez oublié,

Source : LyricFinc

Je vous donne rendez-vous dans une autre journée, année. La fulgurance reviendra hors de ce couloir. J’attends qu’au delà de l’horizon, une couleur réveille les courbes de mon chemin. Ailleurs, en entier, en cœur, demain, en cherchant bien, vous devriez bien y parvenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *